:: 2

15 janvier 2012

Il y a celle, qui, innocemment, semble gagner à la loto capillaire chaque matin, tirant à tout coup les mèches folles les plus seyantes en apparence sans effort, sans cette savante construction du négligé qui menace de vous mettre en retard certains matins – mais vous crèveriez, j’en suis sûre, plutôt que de l’avouer. Il y a celle qui se réinvente à coups de boots et de bas rayés, les mêmes que vous portiez il y a 10 15 ans avant que vous acceptiez de vous appareiller avec la cloison de votre bureau – à la foire des designers, certes, mais tout de même. Vous auriez pu vous allonger sur le photocopieur comme d’autres, en y repensant, pour la différence que ça fait.

Il y en a bien d’autres – plus vous vieillissez, plus il y en a. Vous les scrutez dans le métro, sur la rue, depuis quelque temps, même, au bureau. Elles, elles vous regardent à peine. Vous êtes hors champ. Mais même invisible, vous ne vous sentez pas libre : devant le miroir, vous rêvez de les concentrer toutes et d’en appliquer le résultat matin et soir après vous être démaquillée, dans un mouvement ascendant circulaire.

::

:: Voir la description du défi d’écriture
:: Voir les thèmes
:: Lire le défi écriture de Catherine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :