:: 12

31 janvier 2012

Tu m’avais demandé de nourrir les chats.

J’ai laissé mes bottes dans l’entrée, ma casquette sur la rampe d’escalier. Je suis entré à pas de loup dans ta petite caverne de femme seule toute pleine de toi, même toi absente.

Il n’y avait que le chauffage baissé qui évoquait ta fuite sous les palmiers. Pour le reste, tu avais laissé toutes tes traces derrière toi sans fausse pudeur. Je pouvais faire l’archéologie de tes jours si je le désirais. Du thé séché au fond d’une tasse. Deux livres posés à l’envers sur le sofa un peu creux d’un côté. Une demi-paire de bas de laine lancée sous la table basse.

Et c’est là que je l’ai vu.

Bien sûr, avec les gars, on en avait déjà parlé.  On en avait ri, comme tout le monde. Même son nom fait rigoler, c’est pas compliqué.

Mais là? Ici?
Les rideaux tirés.

J’espère que tu ne remarqueras pas les p’tites bouluches sur le col.

Une barbe dans un Snuggie, ça fait un peu comme du velcro.

::

:: Voir la description du défi d’écriture
:: Voir les thèmes
:: Lire le défi d’écriture de Catherine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :